Ne faites plus de cadeaux

3703145222_428db0fdbc_zAvez-vous remarqué que l’on fait des cadeaux beaucoup plus chers aujourd’hui qu’auparavant ? Avez-vous ce sentiment devenu inconscient d’obligation de faire des cadeaux à certaines occasions ? N’avez-vous jamais acheté un cadeau sans grande conviction, sans aucune symbolique, parce qu’il faut bien prendre quelque chose ? N’avez-vous jamais reçu de cadeaux vraiment pas terribles, voire pires, encombrants, dont vous ne savez pas quoi faire ? N’avez-vous jamais fait de chèque en guise de cadeau ?

N’avons-nous pas perdu l’objectif premier de faire ou recevoir un cadeau au profit du matérialisme ? N’essayons-nous pas de passer par la surenchère de matériel pour prouver notre attachement aux autres ?

Je pense que la grande majorité d’entre nous ont répondu plusieurs fois oui à ces questions.

En effet, aujourd’hui, faire des cadeaux et en recevoir a pris une proportion complètement délirante. Nous sommes devenus obligés de faire des cadeaux à Noël, aux anniversaires, aux fêtes des pères et mères… On se prend la tête des semaines avant pour savoir ce que l’on va offrir, le plaisir laisse la place à l’angoisse et la pression de bien faire. Les cadeaux sont de plus en plus chers, le prix mis dans chaque cadeau doit être le même pour tous les autres, parfois même on nous donne une liste de commande ! Quand on n’a pas d’idée, au mieux on s’échange des chèques, au pire les cadeaux sont pourris ! Sans oublier les réflexions ou les têtes pas très « enjouées » quand le cadeau ne plait pas.

L’obligation

On a perdu toute spontanéité et toute la magie de faire ou de recevoir des cadeaux. Les choses sont bien organisées, chaque noël, chaque anniversaire, on offre et on reçoit des cadeaux. Bonjour les dépenses lorsque l’on a une grande famille ou beaucoup d’amis. À ces périodes, le compte à rebours a commencé avec la fameuse date en ligne de mire, on DOIT acheter des cadeaux à tout le monde. Et les deux raisons principales qui fait que l’on se sente obligé, c’est d’abord parce qu’on nous en offre à nous et que par conséquent on se sent obliger de RENDRE. Ensuite parce que c’est un signe d’affection et que l’on a l’impression que plus on mettra cher dans un cadeau plus cela montrera à l’autre combien on tient à lui.

Je vous passe le paragraphe sur le conditionnement savamment orchestré par les grands industriels pour que cela germe et prenne racine dans nos esprits. C’est bien évidemment une conséquence de notre chère société de consommation.

La surenchère

Les gens ont tout aujourd’hui, ils n’attendent pas Noël ou une autre occasion pour se payer un écran plat géant ou le dernier portable. La majorité d’entre nous est suréquipée en matériel. Résultat des courses, il ne reste pas grand-chose à offrir (si l’on reste dans l’optique matérielle). Alors, c’est la surenchère, quand avant on offrait un xylophone à un enfant, maintenant c’est la nouvelle tablette spéciale bébé ! Lorsqu’avant on donnait un billet de 50 francs à un ado, maintenant c’est minimum 50 euros ! Et ce n’est même pas la peine de penser à leur offrir des livres, au risque qu’ils demandent où est le vrai cadeau !

La perte de symbolique et de sens

Lorsque quelqu’un vous donne une idée de cadeau ou même une liste, c’est comme s’il passait commande. Il n’y a aucun sens derrière. Lorsque quelqu’un vous fait un chèque pour votre anniversaire, et qu’à votre tour vous lui refaites un chèque pour le sien, où sont la symbolique, la pensée à l’autre ?

Faire un cadeau c’est avoir une pensée envers quelqu’un, partager une symbolique, donner du sens. Et non vouloir en mettre plein la vue ou répondre à des besoins basiquement matériels.

Offrir un repas, ou une journée quelque part pour partager de bons moments ensemble n’était-il pas plus important. Faire un gâteau avec sa mère ou sa grand-mère n’était-il pas plus sympa que de lui faire livrer des fleurs.

Les cadeaux doivent nous rapprocher et nous amener à partager, à la place, ils créent des tensions sous-jacentes et des relations basées sur le matériel.

 

Ma solution

Ma solution est une prise de position, un choix de suivre une nouvelle philosophie par rapport aux cadeaux.

Pour tout vous dire, il y a quelque année, j’avais lu un livre de feng shui qui avait un chapitre sur les cadeaux. Le chapitre parlait des cadeaux qui nous encombrent et que l’on se sent obligés de garder  et de tout l’argent que l’on dépense inutilement dans des cadeaux dont les gens eux-mêmes ne savent pas quoi faire… Il conseillait de ne plus faire de cadeaux matériels et de ne plus en accepter également. À l’époque j’avais vraiment adhéré à cette philosophie, mais elle me semblait impossible à mettre en place dans mon environnement familial et amical, tant les habitudes de cadeaux étaient ancrées. Mais finalement n’est-ce pas quand les choses sont difficiles à mettre en place que ce sont justement les choses les plus importantes à mettre en place.

Et puis il y a eu des événements lors de la remise récente de cadeaux dans ma famille qui m’ont convaincue à appliquer cette philosophie. Je vous passe les détails entre les réflexions sur certains des cadeaux que j’ai offerts, sur les attentes un peu trop pressantes et sur les chèques sans âmes distribués un peu trop fréquemment. Certains oubliant que c’est l’intention qui compte…

J’ai finalement décidé d’arrêter de faire des cadeaux et bien sûr de demander à mes proches de ne plus m’en faire. Bien que je sois complètement à contre-courant de « ce qui se fait », je me sens libérée et heureuse de cette position. Elle me ressemble beaucoup plus, et je pense que les gens ne devraient pas subir et suivre la masse, mais se retrouver dans leurs actes.

Bien sûr ma position n’est pas dans l’extrême, j’accepte toujours les cadeaux et je ne m’empêche pas d’en faire moi-même, mais je refuse l’injonction des dates, l’obligation d’en faire à tout le monde (pour ne pas faire de jaloux), et le côté monétaire des cadeaux. Je veux retrouver du sens et partager du temps avec les autres plus que de l’argent. Si je pense à quelque chose et ce peu importe la période de l’année, je ferais un cadeau. Ce n’est pas avec du matériel que l’on montre à quelqu’un que l’on l’aime. Je veux retrouver la spontanéité et le plaisir du don.

 

À lire aussi :
Arrêter l’autocensure
La puissance de la simplicité
Ne laissez pas votre entourage stopper votre évolution
On a rien à prouver à personne

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , ,

Related Posts

Previous Post Next Post

Comments

    • sophie
    Répondre

    C’est une réflexion très intéressante, j’y pense souvent et je vous rejoint sur de nombreux points, il est cependant difficile de le faire comprendre à notre entourage et souvent aux grands parents qui offrent beaucoup trop de cadeaux à nos enfants. Chaque année je fais passer le message et le nombre de cadeaux diminue. Cela se met en place doucement…
    Ps: de quel livre sur le feng shui parlez-vous dans l’article?
    Merci encore pour ce questionnement qui fait écho en moi
    Belle journée.

    1. Oui faire passer le message à l’entourage, c’est le plus difficile. Il faut prendre le temps d’expliquer sa philosophie de vie, son point de vue sans être dans l’extrême.

      Il s’agit de l’excellent livre de Dominique Loreau « L’art de l’essentiel : Jeter l’inutile et le superflu pour faire de l’espace en soi ».

  1. Je suis totalement d’accord avec toi ! J’adore faire des cadeaux à mes amis, ma famille et mon chéri. Mais lorsqu’il y a une obligation derrière c’est vraiment l’enfer ! Chaque année pour Noël je m’y prends 2 mois à l’avance pour réussir à trouver des cadeaux pour tout le monde, et justement ne pas faire de jaloux. Mais le pire, c’est lorsque l’on offre un cadeau qu’on pense qu’il va faire plaisir et qu’au final pas du tout. C’est vraiment une déception. Par contre, j’adore qu’on m’offre des livres 😉

  2. oh non, offrir des cadeaux c’est trop bien! par contre quand j’entend ma mère dire à ma nièce de 6 ans que quand on aime quelqu’un on lui offre des choses, ça me hérisse! on ne doit pas se sentir obligé d’offrir, et mal aimé de ne pas recevoir

    • aggie
    Répondre

    c’est tellement EXACTEMENT ce que je pense ; bravo Edwige

    • Jacques LUCQUIAUD
    Répondre

    Bonjour. Totalement d’accord avec jcela et plus même, c’est ce que j ai décidé de mettre en pratique cette année pour Noël : j’ai envoyé un texto a toute ma famille en disant refuser tout cadeau cette année et en annonçant sue je n’en ferais aucun => stupeur dans la famille mais acceptation après explications
    Cordialement
    Jacques de 86490

    • Karine
    Répondre

    Bonsoir,
    Tous les ans je me bats pour éviter une orgie de cadeaux à Noël et aux anniversaires de mes enfants, ma famille en a conscience et depuis toute petite ma famille m’a transmis cela, pas d’obligation de cadeau, et ce n’était pas l’orgie de cadeaux, mais ma belle famille ne comprend pas cela, eux c’est la surenchère, du coup ma famille se sent génée par la valeur et le nombre de cadeaux offerts aux petits enfants.Mes beaux-parents et mes belles-soeurs se fixent des budgets par enfant, donc si leur budget pour chaque enfant est 50 euros et que le caadeau pour un des enfants ou neveux ou nièces est inférieur à ce budget et bien achat d’un 2ème voire 3ème cadeau pour atteindre les 50 euros. Sauf que les enfants ne se rendent pas compte de la valeur des cadeaux, eux ce qu’ils voient c’est le nombre de cadeaux, donc en plus de la surenchère de ma belle famille (ma famille passe pour des radins), il y a la jalousie entre les petits-enfants car certains ont plus de cadeaux (ou moins de cadeaux) que les autres… Alors ceux qui en ont le plus , ce ux sentent mieux aimé par leurs tatas ou tontons ou papy-mamie.
    Je dis bien que les cadeaux ne sont pas une obligation, mais c’est plus fort qu’eux et mon mari laisse faire. Il a vécu dans cela.
    Là, ma soeur a décidé de ne plus offrir de cadeaux à ses neveux (mes enfants) pour leurs anniversaires, ils ne comprennent pas, ils croient qu’elle ne les aime plus. Je leur ai expliqué qu’elle les aime tous les 3, mais elle considère qu’ils ont beaucoup de jouets, d’habits et que ça ne sert à rien d’acheter un truc qui servira 5 min, qu’elle préfère passer du temps avec eux, aller au cinéma à la piscine avec eux par exemple
    Merci pour votre article mais c’est vraiment difficile de faire accepter qu’on ne veut pas de cadeau, on nous regarde de travers.

    1. Merci pour ce témoignage qui montre qu’effectivement c’est compliqué d’aller contre le courant de la majorité et de la soi-disant normalité.
      La société dans laquelle nous vivons et dans laquelle nous avons été éduquées est très forte pour nous faire culpabiliser.

      C’est dur certes, mais ça en vaut la peine, surtout pour transmettre les bonnes valeurs aux enfants. NON cadeau n’est pas égal à amour et OUI passer du temps avec ceux qu’on aime est plus important que des objets matériels.

      Les enfants trop « gâtés » d’aujourd’hui seront les adultes frustrés et dépendants de demain.

      On ne peut pas faire grand-chose contre les personnes qui offrent trop de cadeaux, mais on peut agir au niveau de l’interprétation qu’en font les enfants. L’amour des enfants n’est pas si « corruptible » qu’on ne le croit. 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

50 shares
Je suis Edwige, auteure de ce blog

Je suis Edwige, auteure de ce blog

Venez partager sur ce blog consacré au bien-être. Vous trouverez toutes les infos dans "A propos".
Je suis Edwige, auteure de ce blog

Catégories

SOBIENETRE
Recevoir la Newsletter !
Soyez So bien au quotidien avec les articles du blog Sobienetre.fr
Je m'abonne
Ceci n'est pas un spam. Vous pouvez vous désabonner à tout instant.
close-link
%d blogueurs aiment cette page :