La régulation des quantités, la clé d’un poids maîtrisé ?

On mange trop !

Il est clair que dans les sociétés occidentales on mange trop. Les quantités de nourriture ingérées par personne et par jour sont trop importantes.  

 

Tout est fait pour nous faire manger toujours plus sur l’autel du business de l’industrie alimentaire. Les assiettes sont de plus en plus grandes, les portions servies pourraient nourrir plusieurs personnes à la fois et les habitudes se créent.

Les estomacs sont de réelles opportunités pour les industriels, car ils s’adaptent…  Plus on mange, plus l’estomac grossit et permet d’ingérer encore plus de nourriture et ainsi de suite. Nos estomacs et nous, par la même occasion, nous sommes habitués à manger des portions qui ne correspondent pas du tout à nos activités et à nos besoins journaliers.

Nous ne dépensons pas toutes les calories contenues dans ces quantités de nourritures. Les estomacs ne sont donc pas les seuls à grossir, tous les viscères grossissent, la masse graisseuse s’installe pour de bon et se développe.

 

Quand on parle de perte de poids ou d’équilibre alimentaire, on se préoccupe de la composition des menus et du nombre de calories.  Mais la modération des quantités de nourriture ingérée n’est-elle pas la clé pour réguler son poids et le stabiliser ?

Des aliments très caloriques mangés en petite quantité ne peuvent pas faire grossir à l’extrême. Alors que des aliments considérés comme « saints » mangés en grande quantité vont finir par faire grossir.

Bien sûr il faut manger de façon variée pour être en bonne santé, mais gérer les quantités est une habitude qui peut véritablement nous aider à garder un poids de bonne forme.

En gros, il faut manger des quantités proportionnelles à son sexe, sa taille, son métabolisme et son activité.

 

La sensation de faim n’est pas fiable

 

Le corps aime la régularité et les habitudes. Si vous êtes habitué à manger en trop grande quantité, votre estomac va grossir et envoyer des messages de sensation de faim pour être de nouveau remplie. La sensation de satiété va elle aussi s’adapter et ne se déclenchera qu’après avoir « eu sa dose » habituelle.

Si vous ne prenez pas conscience des quantités de nourriture consommées, ne comptez pas sur votre corps pour vous arrêter. Vous le constaterez sur la balance, mais à ce stade-là, les mauvaises habitudes seront déjà prises.

Tout nous pousse donc à manger trop, les industriels d’abord et les habitudes ensuite.

Mais ces habitudes sont aussi un fantastique moyen de gérer les quantités. Tout simplement en prenant de bonnes habitudes. Si ça marche dans un sens, ça marche aussi dans l’autre.

En mangeant de petites quantités, qui n’ont d’ailleurs que de « petite » la comparaison avec des portions disproportionnées, vous allez réduire votre estomac et réguler naturellement votre appétit. Vous prendrez alors l’habitude de manger des quantités raisonnables et vous entrerez dans le cercle vertueux.

 

Les habitudes sont fragiles

 

Il faut l’admettre il est plus facile de prendre l’habitude de manger beaucoup que de s’habituer à manger moins.

Les raisons se trouvent dans l’acharnement des industriels qui poussent à la consommation au niveau des portions et qui de façon plus insidieuse utilisent des ingrédients qui nous rendent « accros ». Essayez de ne manger qu’une seule chips sans remettre la main dans le paquet…

La société est aussi à mettre en cause. En restauration ou dans la culture culinaire familiale française, on a « bien mangé » quand on a mangé en grande quantité. Dans l’esprit collectif, c’est un critère indissociable d’un bon repas.

Il y a aussi des raisons psychologiques, on se remplit l’estomac pour compenser un malaise ou réduire un stress. Manger est une mécanique qui rassure et apporte un bien-être immédiat qui peut devenir une vraie drogue.

Ajoutez à cela un corps, habitué à des quantités élevées, qui réclame de la nourriture avec la sensation de faim voir avec une sensation de faiblesse de type « hypoglycémique » et vous obtiendrez une force irrépressible qui vous poussera à consommer ces quantités.

Mais ces sensations de faim, ne sont que le résultat d’une habitude, ces malaises aussi. Si vous êtes habitué à absorber beaucoup de sucre, et que du jour au lendemain vous n’en consommez pas, vous aurez de grandes chances de faire un malaise. Cela prend du temps, mais il n’y a pas de fatalité.

À ceux qui disent ne pas pouvoir manger moins parce qu’ils ont faim, il faut comprendre que c’est parce qu’ils continuent à manger ces quantités qu’ils continuent à avoir faim de cette manière. En diminuant progressivement les quantités, la faim diminuera elle aussi.

 

Mais il est vrai que manger moins et surtout prendre ou reprendre cette habitude implique une phase de transition pas vraiment agréable. Car même si les quantités sont diminuées petit à petit, il faut aller contre ces messages, ces sensations que nous envoie notre estomac. Il faut supporter d’avoir un peu faim durant cette phase.

Et même une fois la bonne habitude prise, cet équilibre est fragile. Il suffit de quelques « exceptions » pour replonger dans de mauvaises habitudes.

Prenons l’exemple du weekend. En général, les repas pris le weekend sont plus copieux (et en plus, les horaires sont différents), n’avez-vous pas faim le lundi ? En seulement deux jours, votre estomac a déjà commencé à s’habituer à de plus grandes quantités de nourriture. Et vous mettrez un ou deux jours à vous réhabituer à de moindre quantité.

Pour garder l’équilibre, il faut se réajuster continuellement.

 

Il est difficile de répondre aux besoins de stabilité, de régularité et de modération de notre corps dans un monde ou manger ce que l’on veut, quand on le veut, à l’heure que l’on veut, est devenu un symbole de liberté et de contrôle de son quotidien. Ne réduisons pas la liberté au contrôle de son corps…

Il ne faut pas le vivre comme une contrainte, même si la nourriture apporte beaucoup de plaisir, il est important de se souvenir que si l’on mange c’est pour nourrir son corps, pour lui donner son carburant.

 

Manger trop n’a pas de sens

 

On peut avoir beaucoup de plaisir à manger de façon variée, mais en petite quantité. Regardez la haute gastronomie, les portions sont petites et pourtant c’est le top au niveau du goût et de la diversité.

Manger trop nous créé des besoins, nous fait dépenser de l’argent qui engraisse les industriels et surtout nous met en mauvaise santé (sans parler de la ligne !).

 

A lire aussi :
Le régime préhistorique
Le petit-déjeuner idéal
Thés et tisanes santé

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , ,

LIRE AUSSI

Article précédent Article suivant

Commentaires

  1. Bonjour !

    Manger une quantité équivalente à ce que peut contenir vos deux mains réunies devrait être suffisant.

    Pour que la satiété puisse arriver avant que vous ayez engouffré trop de nourriture, il faut prendre l’habitude de manger lentement, de bien mastiquer.

    Il faut aussi apprendre à apprécier le goût (vrai, pas, le goût industriel fabriqué à l’aide de molécules non naturelles).
    Michel de Changer Gagner Articles récents…En couple je suis une courgette. Et vous ?My Profile

    1. C’est la bonne habitude à prendre pour manger moins: manger lentement et apprécier chaque bouchée!

  2. c’est vrai, c’est tout bête mais on y pense pas, d’ailleurs, je vais appliquer ca des demain !

  3. Bien évidemment on mange trop, mais ce n’est pas forcément ça qui pose problème. Par contre, le grignotage et les plats très gras sont très dangereux pour la santé. Totalement d’accord avec les chips, un seul et c’est la fin.. L’arrêt n’est pas contrôlable. Mais bon, on peut manger beaucoup et faire aussi beaucoup de sport 🙂

    1. C’est vrai que le grignotage n’est pas bon.
      Pour éviter de grignoter et réduire les quantités, je fais 5 « repas » par jours:
      3 vrais repas (petit-déjeuner, déjeuner, et diner)
      1 collation à 10h30 avec des noix et un café
      1 goûter à 17h30 avec ce qui me fait plaisir de sucré et un thé
      Avec ce rythme, je n’ai pas envie de grignoter. Mais surtout ce rythme me permet de consommer des petites quantités (ou devrais-je dire des quantités normales pour mon corps et mon activité) à chacun des 5 repas.

      Pour le sport, il faut bien entendu adapter ses apports à la dépense sportive. Mais si on réduit ou on arrête le sport, il faut en faire de même au niveau de la nourriture.

    • marielou
    Répondre

    C’est effectivement rentrer dans les moeurs, surtout après les guerres mondiales, de se « gaver ».
    Le tout est, comme tu le dis, d’arriver à changer certaines habitudes. Et physiologiquement, notre estomac peut s’habituer à manger moins (ou manger plus, bien évidemment), et ainsi se « rétrécir ».
    Merci pour l’article en tout cas.
    marielou Articles récents…Dites stop aux douleurs !My Profile

    1. Merci Marielou

      Il faut effectivement changer ces habitudes et surtout se réajuster souvent. Car la société, l’industrie et l’exemple de l’entourage vont toujours nous envoyer le message inverse. Les quantités peuvent vites redevenir trop importantes au fil du temps…

    1. Rien n’est perdu d’avance!

      Il faut continuer à dénoncer ces pratiques et surtout ne plus leur donner notre argent et notre santé.
      Même si on ne peut pas complétement arrêter de consommer des produits de l’industrie agroalimentaire, on peut modérer leur consommation en ayant une approche consciente.

      Bon weekend

  4. Il faut surtout manger quand on a faim, pas quand on a envie de manger (c’est différent).

    @Ezaoura, effectivement les industries agro-alimentaires occidentales utilisent des sucres et corps gras qui ne donnent pas de sensation de satiété.

    Essayez de manger 14 morceaux de sucre ! Par contre vous arriverez à boire un litre de soda.
    Michel de Changer Gagner Articles récents…Connaissez-vous l’hypnose de rue ?My Profile

  5. Bravo pour cet article, très intéressant qui amène à réflechir

  6. Pingback: [BLOCKED BY STBV] Bien dans sa Tête, Bien dans son Poids ! - Perdre 10 Kilos

    • chantal
    Répondre

    Merci pour ces conseils.

    • Troll
    Répondre

    La haute gastronomie c’est pour vendre plus de chose à des prix excessifs que les quantités sont absurdes, pas pour la diététique…

  7. Merci beaucoup pour l’article, ces informations sont vraiment ceux dont j’ai besoin en ce moment.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

11 shares
Je suis Edwige, auteure de ce blog

Je suis Edwige, auteure de ce blog

Venez partager sur ce blog consacré au bien-être. Vous trouverez toutes les infos dans "A propos".
Je suis Edwige, auteure de ce blog

Catégories