Les envahisseurs numériques

accumulation numériqueTout a commencé un jour de canicule. Ne supportant plus la chaleur ambiante, je me suis réfugiée avec mon ordinateur dans le sous-sol, au frais !

Quelle ne fut pas ma stupeur lorsque je me suis rendu compte que j’avais passé la journée entière en compagnie de mon ordi. En effet, j’avais décidé le matin de faire du tri, de ranger mon ordi, mes mails… Et cela m’a pris toute une journée (en plus, je n’avais même pas fini de faire le tri !)

Le parallèle m’est alors apparu : c’était comme-ci j’avais décidé de faire le tri, de désencombrer mon sous-sol et que vu l’accumulation d’objets, j’y avais passé la journée.

Cette situation, tout le monde l’a vécue un jour. Avoir un sous-sol encombré est une chose courante, comme de consacrer beaucoup trop de temps à en faire le tri (avant de ré-encombrer de nouveau).

Côté accumulation matériel, étant adepte du Feng Shui, je réussis à limiter ce type d’accumulation, mais voilà que maintenant je passe (beaucoup) trop de temps à désencombrer mes accumulations numériques.

Serions-nous passés de l’ère de l’accumulation physique à l’ère de l’accumulation virtuelle ?

 

Aujourd’hui tout est dématérialisé, plus de CD, de DVD, de chaîne Hifi, de livres, de dossiers papier, d’albums photo… Cela désencombre bien nos intérieurs, mais nous sommes passés d’un extrême à l’autre.

Maintenant ce sont nos ordis, nos tablettes, nos smartphones et autres supports numériques qui se retrouvent encombrés d’applications, de fichiers, de vidéos, mp3, e-book… Sans parler de notre « cloud », de nos boîtes mails et des réseaux sociaux.

L’accumulation favorisant la désorganisation, et le monde du numérique créant un envahissement ultra rapide et continu, nous sommes submergés !

Impossible pour nous aujourd’hui de citer les albums virtuels de musique que nous avons sur notre ordinateur. Impossible de se souvenir des forums auxquels nous contribuons, comme de nos mots de passe vus le nombre de boîtes mail, de réseaux et de sites marchands auxquels nous sommes membre.

Des fichiers de toutes sortes, des photos par milliers s’accumulent et seront « éventuellement » triés quand « on aura le temps ».

Si dans le monde réel, ce sont les mètres carrés manquants qui nous obligent à faire du vide, dans le monde numérique, c’est l’espace mémoire qui donne l’alerte. Bien que maintenant, avec les disques durs externes, la mémoire du « bazar virtuel » devient illimitée.

 

L’accumulation, qu’elle soit matérielle ou virtuelle, va causer les mêmes problèmes. Le seul avantage du virtuel, c’est que l’accumulation ne se voit pas physiquement, mais le poids psychologique est le même, comme la perte de temps qu’elle peut créer.

Toutes ces « choses » numériques à trier, à ranger, à utiliser nous pèsent. Elles sont là, dans un coin de notre tête.

        « Il faut que je lise mes mails »

              « Il faut que je regarde les publications »

                     « Je dois lire les magazines virtuels auxquels je suis abonnée… lire tous les livres que j’ai téléchargé… regarder tous les films… trier mes musiques, mes documents… répondre, écrire (ou plutôt taper)… mettre à jour mes logiciels, sauvegarder, protéger… »

Résultat, on est surchargé de tâche à faire que l’on n’a pas le temps de faire. On continue d’accumuler sans s’être servis des choses préalablement accumulées. On accumule des choses que l’on n’utilise même pas, on se créé des besoins.

Mais a-t-on besoin de tout voir, tout savoir, tout lire, de toujours être connecté ?

En plus de la pression psychologique que cela représente, nous y abandonnons un temps infini. Nous passons énormément de temps à utiliser, entretenir, organiser, trier, réparer nos interfaces numériques.

 

Il est urgent de prendre conscience de cette accumulation virtuelle et de réaliser les effets néfastes. On se sent stressé par cette pression, embarqué dans une spirale sans fin qui prend de la vitesse. On se sent coupable lorsque l’on n’arrive pas à suivre le rythme, lorsque l’on n’a pas le temps de faire tout ce que l’on s’est soi-même imposé !

Faites du vide, soyez sélectif, ne vous laissez pas envahir, désabonnez-vous au maximum. Ne conservez que ce dont vous avez réellement besoin et que vous pourrez vraiment utiliser. Vous ferez des économies d’argent et de temps et surtout vous libérerez votre esprit.

Bien entendu, il faut un temps pour tout et chaque jour est différent, mais ce temps est précieux. Ne passez pas trop de temps à vous occuper d’objets matériels ou virtuels. Ce n’est pas le plus important.

Partagez votre temps avec les autres et gardez le bon équilibre !

ensemble

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , ,

Related Posts

Previous Post Next Post

Comments

    • numérique
    Répondre

    Je pense que le problème vient justement du fait que nous ne sommes plus sélectifs du fait de la dématérialisation des choses, donc on garde même ce qu’on ne devrait pas, chose que l’on aurait peut être fait au début avec de vrais objets…jusqu’à ce que le manque de place nous en empêche…mais maintenant, la place, ce n’est pas ce qui manque quand c’est du virtuel…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

1 share
Je suis Edwige, auteure de ce blog

Je suis Edwige, auteure de ce blog

Venez partager sur ce blog consacré au bien-être. Vous trouverez toutes les infos dans "A propos".
Je suis Edwige, auteure de ce blog

Catégories

SOBIENETRE
Recevoir la Newsletter !
Soyez So bien au quotidien avec les articles du blog Sobienetre.fr
Je m'abonne
Ceci n'est pas un spam. Vous pouvez vous désabonner à tout instant.
close-link
%d blogueurs aiment cette page :