Alerte fatigue chronique et épuisement

sleeping-man-in-the-park-1-1431440-1279x1912Dans la vie active d’aujourd’hui, la fatigue peut vite faire son lit et s’installer. Surmenage et stress puisent dans notre énergie et si l’on n’écoute pas son corps dès le début, une simple fatigue passagère peut devenir une fatigue chronique qui mène à l’épuisement.

La fatigue excessive est souvent le résultat d’un trop-plein d’activité physique dans une période ou l’esprit est également très sollicité (choix à faire, soucis, pressions…). La dépense énergétique mêlée à une activité cérébrale intense, tout ça sur une durée trop prolongée, va mettre l’organisme en détresse.

Le problème de la fatigue psychique et de l’état d’épuisement c’est qu’il s’entretient tout seul.  En effet, lorsque l’on atteint un certain stade de fatigue, le cerveau ne régit plus normalement et n’envoie plus les bons signaux. Alors qu’il devrait nous faire dormir pour que l’on récupère, il va produire des phénomènes d’excitations nerveuses qui vont d’une part nous pousser à plus d’activités et donc davantage d’épuisement, mais également nous empêcher d’avoir un sommeil réparateur.

D’où la fameuse phrase « je suis trop fatiguée pour dormir ». On est effectivement sur les nerfs et on n’arrive plus à trouver l’apaisement mental nécessaire pour ralentir la journée et  bien dormir la nuit. C’est un cercle vicieux, car plus on est fatigué plus on est nerveux, moins on dort, moins on relâche la pression et plus on est fatigué.

 

L’épuisement agit sur notre être tout entier. Physiquement, on enchaine des moments de quasi-inconscience avec des moments de surexcitation et d’hyperactivité. On est faible au niveau immunitaire. Mentalement, notre perception est complètement altérée et nos réactions complètements disproportionnées. On est sensible et vulnérable.

Dans ces périodes-là, les émotions se démultiplient et s’expriment fortement. On rit, on pleure, on s’énerve facilement. Si l’on n’y prend pas garde, on peut se laisser emporter par ses émotions et ses pensées exagérées et voir se transformer cette fatigue en dépression.

 

  • En attendant que ça passe

Ne pas écouter son mental

Inutile de préciser qu’en général les pensées sont plutôt négatives lorsque l’on est épuisé. Des idées noires nous harcèlent, car tout devient lourd, pesant à vivre. On a envie d’envoyer chier tout le monde, de tout quitter, de tout remettre en question. Et pour cause le cerveau n’a plus la patience de gérer le quotidien, la moindre poussière devient un rocher, la moindre réflexion devient une agression.

Il est important durant ces périodes de se rappeler régulièrement que ces pensées, ces situations dans lesquelles on se met sont induites artificiellement par l’état de fatigue. Il ne faut donc y porter aucune attention et surtout ne prendre aucune décision dans cet état.

S’il est primordial pour s’en sortir et ne plus y retomber d’analyser les causes de cet épuisement, il est urgent de ne rien faire de ces analyses tant que l’on n’a pas retrouvé un état de fonctionnement normal du cerveau.  Gardez un carnet pour mettre sur papier vos ressentis et les relire plus tard.

 

  • Pour que ça passe

Écouter son corps

Si la fatigue excessive pousse à laisser le corps de côté, pour s’en sortir il faut se forcer à l’écouter lui et à faire taire son mental.

Lorsque l’on arrive à ce stade d’épuisement ou de fatigue chronique, c’est un long chemin qui nous attend pour s’en sortir. Il est nécessaire de se donner du temps et de ne pas croire que l’on va résoudre le problème en un weekend. Ce dysfonctionnement nerveux est lourd et à besoin de temps pour se rééquilibrer.

L’épuisement est le signe d’un trop-plein. C’est également un état d’urgence, car avant l’épuisement, le corps a très certainement envoyé d’autres signaux qui n’ont pas été pris en compte. L’alerte est maximale ! Prenez les choses au sérieux, réduisez vos activités et ralentissez le rythme. C’est la première chose à faire. Si vous aviez un genou en vrac, vous n’iriez pas faire du vélo, et bien la fatigue est à prendre comme une blessure globale du corps.

Le mieux à faire est bien entendu de prendre des vacances (longues de préférences pour se ressourcer), mais même si ce n’est pas possible, réduisez sérieusement vos activités pour vous recentrer sur vous. Les exercices de méditations et de relaxations sont très efficaces pour se reconnecter avec son corps et retrouver un bon sommeil réparateur.

La prise de magnésium et l’aromathérapie sont également des techniques douces, mais très efficaces pour réduire le stress. Mais rien ne remplacera une bonne alimentation, du sport en pleine aire et du sommeil profond.

Faire une prise de sang pour analyser vos dosages de minéraux et de vitamines peut aussi être utile. Une carence peut expliquer une fatigue mentale persistante.

 

  • Une fois que c’est passé

Une fois sortie du trou, le tout est de ne pas y retomber en reprenant sa vie « d’avant ». Cette période de fatigue psychique a un côté positif, car elle vous a permis de faire le point sur les raisons qui en sont la source. Avec les idées claires et cette analyse entre les mains, il est alors simple de prendre les bonnes décisions pour se rapprocher toujours plus de son équilibre (équilibre émotionnel, affectif, professionnel, alimentaire…).

 

stress-391659_640

A lire aussi:
Les meilleures conditions pour bien dormir

Méditer c’est gagner du temps

 

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , ,

Related Posts

Previous Post Next Post

Comments

  1. Pour ma part j’ai plusieurs de mes collègue qui ont fait des burnout. Épuisement total et à la limite de la dépression.

    C’est triste d’en arriver là ! 🙁

  2. Je rejoins tout à fait l’auteur de l’article: il faut écouter son corps. Il est en général un très bon indicateur

    1. un très bon indicateur de notre épuisement mental et physique. La sophrologie permet de se recentrer sur l’essentiel et donc de se Ré-approprier ses capacités.
      Sachez que les fleurs de Bach sont très efficaces pour nous aider a affronter ce genre de moment délicat. Se sont des compléments alimentaires naturels qui agissent sur notre émotionnel négatif en stimulant nos qualités.
      Le moral est meilleur, calme et sérénité reviennent et l’énergie reprend place en vous.

      Un dernier conseil, et non des moindres, est d’avoir une alimentation la plus équilibrée possible lors de ces périodes de coup de pompe. Votre corps aura besoin de compenser les pertes d’énergie liées au stress, les nutriments, vitamines et minéraux compenseront ces pertes et éviteront d’autres démonstrations physiques désagréables!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 shares
Je suis Edwige, auteure de ce blog

Je suis Edwige, auteure de ce blog

Venez partager sur ce blog consacré au bien-être. Vous trouverez toutes les infos dans "A propos".
Je suis Edwige, auteure de ce blog

Catégories

SOBIENETRE
Recevoir la Newsletter !
Soyez So bien au quotidien avec les articles du blog Sobienetre.fr
Je m'abonne
Ceci n'est pas un spam. Vous pouvez vous désabonner à tout instant.
close-link
%d blogueurs aiment cette page :