Quand avoir des enfants ? Faut-il une raison pour faire des enfants ?

Beaucoup de couples se demandent s’ils doivent faire des enfants ou attendre le fameux « bon moment » pour en avoir.

Mais faut-il avoir des raisons, des justificatifs pour avoir des enfants ?

 

Les instincts naturels

 

Remontons dans l’histoire de l’humanité pour comprendre les différents changements.

 

À la base, nous sommes des mammifères qui ont un instinct et une programmation génétique de reproducteur dans le but d’assurer la survie de l’espèce comme n’importe quel autre animal.

 

Pendant des siècles, cet instinct n’a pas vraiment été contrarié. Avant le contrôle des naissances par la contraception, les femmes essayent de contrôler plus ou moins le nombre de leurs enfants, mais il n’en reste pas moins qu’elles seraient mères un jour ou l’autre.

À l’époque on avait des enfants et c’était la vie, la nature. C’était comme ça. Les femmes et les hommes n’imaginaient pas ne pas avoir d’enfants au cours de leur vie.

 

 Quand la raison l’emporte

 

Et voilà qu’est arrivée dans les années 60 la pilule contraceptive. Si le préservatif existe depuis plusieurs siècles, c’est véritablement la pilule qui a changé la donne.

Il est alors devenu possible de décider de ne pas avoir d’enfants à une certaine période de sa vie, voire de ne jamais en avoir.

 

Aujourd’hui on peut décider si oui ou non on veut des enfants, quand et combien.

Avec cette nouvelle perspective, des bouleversements psychologiques sont venus contrecarrer notre instinct primaire. Nous ne vivons pas que pour nous reproduire et nous pouvons décider de ne pas avoir de descendances.

 

Cet état de fait nous amène à voir les choses tout à fait différemment. Si « je décide », il me faut bien une raison pour prendre cette décision. Au lieu de considérer la maternité comme un acte naturel qui fait partie intégrante de la vie, le sujet s’est intellectualisé à outrance.

 

Comme si on devait se justifier pour avoir un enfant auprès de la société et même auprès de son futur enfant.

 

Beaucoup de personnes pensent ainsi :

 

  • Je ne prendrais jamais la responsabilité de mettre un enfant au monde dans le contexte économique actuel.

 

  • Je ne ferais pas d’enfant avant d’avoir une situation professionnelle stable et un bon salaire.

 

  • Je ne ferais des enfants que lorsque je serais propriétaire.

 

  • Je ne ferais des enfants que lorsque je serais avec l’homme ou la femme de ma vie et que je serais à 100% sure.

 

On a peur du jugement de l’autre et encore plus du jugement de sa progéniture. En pleine crise d’adolescence, les parents peuvent entendre des phrases très sympathiques du style : « pourquoi tu m’as fait », « j’aurais préféré ne pas venir au monde »…

Mais toutes ces peurs et ces conditionnements sont dus à la société et à cette fameuse notion de choix. On ne peut plus répondre « c’est la vie », car on a fait un choix conscient.

 

À cause de ça, ce choix est devenu une question centrale dans le couple. C’est un sujet qui devient une véritable problématique. En gros on est perdu, car nos instincts sont quand même toujours là, ils nous poussent à vouloir des enfants alors que la raison nous envoie des messages contradictoires. C’est devenu une décision importante, à lourdes conséquences et responsabilités, une décision qui fait peur !

 

Revenir à l’essentiel

 

Mais où est passée la beauté de cet acte, la simplicité et la magie de la nature. L’enchantement de donner la possibilité à un être humain de vivre sur cette planète, d’expérimenter la vie. C’est un cadeau magnifique !

 

Regardez ça de votre propre perspective : n’êtes-vous pas reconnaissant auprès de vos parents de vous avoir fait vivre cette expérience. Même si ce n’est pas toujours facile et que vous avez rencontré des difficultés dans votre vie ; entre être capable de vivre et d’évoluer sur cette planète et rien, le néant de ne pas exister ; que préférez-vous ?

 

Touchez votre corps, ressentez les sensations. Prenez quelques minutes pour regarder les nuages se déplacer dans le ciel. N’est-ce pas incroyable ! Prenez conscience de votre chance, de l’expérience inédite que représente votre présence dans ce système solaire, dans le cycle de la vie.

 

C’est comme ça que l’on devrait voir l’arrivée d’un enfant.

 

Je ne suis pas contre la contraception, elle représente une liberté sans pareille spécialement pour les femmes. Je suis pour la contraception, mais contre la rationalisation excessive voir anxiogène du désir d’enfant.

 

Bien sûr les conditions idéales pour élever un enfant sont un couple qui s’aime, un logement adapté, une situation financière qui permet de couvrir ses besoins et du temps à lui consacrer. Mais ce ne sont pas les garanties uniques du bonheur.

N’êtes-vous pas frappé par le sourire et la joie de vivre des enfants d’Indonésie ou d’Afrique qui pourtant n’ont rien sinon l’amour de leurs parents.

N’êtes-vous pas impressionné par les personnes qui parties de rien on fait de leur vie une grande réussite.

 

Le bonheur n’est pas issu d’une recette unique et immuable. Le seul ingrédient indispensable, c’est l’amour. L’amour que l’enfant recevra. Peu importe que les parents ne soient plus ensemble, peu importe que cet amour vienne d’autres personnes que des parents biologiques. Un enfant s’adapte et accepte tout tant qu’il est aimé et élevé dans l’émerveillement d’être en vie.

 

La solution : équilibre et mesure

 

Trouvez un équilibre entre votre instinct, votre nature profonde et la chance de pouvoir décider.

Voyez cette possibilité de choisir comme une chance et non pas comme un couperet.

 

Si vous voulez faire des enfants, il n’est pas nécessaire de chercher une raison, une explication qui justifierait cette envie. Même s’il y a de puissantes pressions sociétales à avoir des enfants, votre instinct est bien présent lui aussi dans cette affaire. Ne vous prenez pas la tête !

C’est comme-ci vous vous demandiez « pourquoi je respire » la réponse est pour vivre. Et bien se reproduire c’est donner à quelqu’un d’autre la possibilité de vivre. C’est le cycle de la vie, aussi simple que ça !

La possibilité de choisir vous permet de vous assurer d’avoir de quoi subvenir aux besoins vitaux de l’enfant avant de vous y mettre. Mais ne prenez pas des milliers de précautions, n’attendez pas le « moment idéal », car tout ne sera jamais parfait, le moment idéal n’existe pas.

 

Si vous ne voulez pas faire d’enfant, ça viendra peut-être un jour. Mais si vous n’en voulez vraiment pas et que vous le vivez parfaitement bien, c’est que vous avez fait le bon choix. Il n’est pas obligatoire d’avoir des enfants pour être épanoui dans sa vie.

 

Si vous n’avez pas pu en avoir, ne vous culpabilisez pas, n’endossez pas un sentiment d’échec. Cela fait aussi partie de la vie. Même si vous n’avez pas vos propres enfants, les enfants de votre entourage recevront sans faire de distinction l’amour que vous pourrez leur donner.

A lire aussi:
La solitude entourée
Les 4 accords toltèques
Les 3 livres qui ont changé ma vie

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , ,

LIRE AUSSI

Article précédent Article suivant

Commentaires

  1. Bonjour Edwige !

    Il y a une bonne raison : réduire ses impôts grâce au quotient familial ! 🙂

    Je plaisante…

    Faire un enfant se décide à deux. Mais souvent on recule devant cette responsabilité.

    Pourtant, il faut les faire suffisamment jeune. C’est mieux pour eux et pour les parents.

    La carrière professionnelle ce n’est pas tout. Pensez aux bocal et aux gros cailloux d’abord…
    Michel de Changer Gagner Articles récents…Comment vaincre une phobie en 30 minutes ?My Profile

  2. Excellent article Edwige !

    En 2009, lorsque j’ai ouvert mon blog c’était l’un de mes buts et le seul que nous n’ayons pas encore atteint. La cause en est – entre autres – certaines raisons que tu cites… mais on y travaille. 😉
    Jean-Philippe Articles récents…J’ai rendez-vous avec moi-mêmeMy Profile

  3. Bonjour,

    L’être humain dans son parcours de développement passe par différentes étapes des fois contradictoires et cela pour s’auto confirmée. Avoir des enfants dans notre vie et les conditions économiques, écologiques, sociétales et beaucoup d’autres encore et une décision qui n’est pas facile à prendre puisque le degré du rationnel est devenu majoritaire dans la prise de décision.
    À la fin avoir un enfant est une belle aventure ou apprend pleine de leçons sur la vie et c’est un développement inégal de nos sentiments.
    [email protected] laval Articles récents…Faire disparaitre les marques de meubles sur la moquetteMy Profile

    • Rima
    Répondre

    Bonjour Edwige,
    Excellentes questions. Pour ma part, je suis issue d’une famille nombreuse, et étant l’ainée, j’ai presque eu la responsabilité de mes frères et soeurs. Subir cela m’a en quelque sorte refroidie par rapport au désir d’avoir des enfants. A présent, que mon horloge biologique fait un tic tac infernal, je ressens l’urgence d’avoir, et là encore, je ne veux pas avoir des enfants parce que c’est urgent.
    Mais c’est vrai que c’est difficile d’y répondre .

    1. C’est sur que pour des raisons « logistiques » c’est plus simple de n’avoir que 2 ou 3 enfants et qu’ils soient rapprochés en âge. Comme ça ils partagent leurs vies d’enfant ensemble et chacun garde sa place.

      Mais chacun fait comme il veut et comme il peut.

  4. Petite mise à jour, Edwige ! Finalement, tout arrive. 😉

    (Pour en savoir plus, il suffit de suivre le lien juste en dessous où j’explique comment gagner au loto…)
    Jean-Philippe Articles récents…Mon plan de vie : gagner au lotoMy Profile

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

2 shares
Je suis Edwige, auteure de ce blog

Je suis Edwige, auteure de ce blog

Venez partager sur ce blog consacré au bien-être. Vous trouverez toutes les infos dans "A propos".
Je suis Edwige, auteure de ce blog

Catégories