Sérénité pour toujours !

burning yellow candles with pink orchid on blacksJ’en ai essayé des techniques de relaxation : sophro, yoga, aroma, méditation… Toutes n’ont pas été efficaces au même niveau sur moi, mais j’en ai adopté certaines qui m’ont été d’une grande aide.

Le développement personnel est un long processus qui nous fait passer par différentes étapes, la prise de conscience et la relaxation en sont deux fondamentaux.

 

Avec le temps et ces techniques de relaxation, j’ai appris à être moi-même, sans être débordée par mes émotions qui prenaient beaucoup trop de place tant la nervosité faisait partie de ma vie. Si cela m’a pris du temps et de la patience, j’avais véritablement réussi à tendre vers l’équilibre qu’offre la sérénité.

 

J’emploie l’imparfait, car c’est là qu’est tout mon propos, j’ai réussi à trouver mon équilibre grâce à la sophrologie, l’aromathérapie et la méditation, mais je l’ai aussi perdu au fil du temps. Tel l’être humain que je suis, j’ai à mesure que j’allais mieux arrêté de pratiquer ces techniques.

Vous savez, c’est exactement ce que l’on a tous tendance à faire lorsque l’on est malade et que l’on est sous traitement, on suit bien les prescriptions au début et puis dès qu’on commence à se sentir mieux, on prend de moins en moins ses médicaments.

Dans la joie d’avoir enfin trouvé la sérénité et la confiance en moi qui me faisait tant défaut, je me suis crue guérie. J’ai même pensé que finalement c’était peut-être simplement dû à la sagesse de l’âge. Tout est bon pour croire que l’on est définitivement sortie de ce stress du quotidien.

On croit que notre esprit a pris les bons mécanismes, que c’est acquis. Mais c’est une erreur que je viens de comprendre.

 

Comment changer toute une vie qui nous mène à ces états d’angoisses et de peur. Elles ont été créées par notre éducation, notre environnement, la société et entretenues par notre état d’esprit. Les premières années de la vie sont les moments où l’on se construit, où l’on est une éponge. On a beau une fois adulte prendre conscience que s’il l’on pense ou que l’on réagit comme cela c’est le résultat de quelque chose dans notre enfance, cela n’enlève pas le fait que ce soit ancré au plus profond de nous. On pourra passer des années à essayer de se « re-programmer » autrement, ce qui est inscrit durant l’enfance y restera à jamais.

Il est possible de faire un travail sur soi à l’âge adulte, mais rien n’est définitif, il faudra toujours un traitement de fond. Pour reprendre la métaphore médicale, c’est comme-ci un allergique arrête son traitement de fond quand il va mieux, croyant qu’il n’est plus allergique. L’allergie est en lui, même si elle est maîtrisée grâce au traitement de fond quotidien et donc lui permet une vie normale.

 

C’est la même chose si l’on utilise les techniques de relaxation pour calmer des nerfs un peu trop à vif comme peuvent les avoir les hyperactifs et les personnes, dont le cerveau à un fonctionnement plus sensible. J’irais même jusqu’à dire, tous le monde dans cette société du « toujours pus vite et toujours mieux » qui pousse à la schizophrénie générale !

 

Le philosophe et écrivain Fabrice Midal, se demande pourquoi aujourd’hui tout le monde ne pratique pas au quotidien la médiation.

 

La méditation, comme d’autres techniques, est un excellent moyen d’être bien malgré tout ce à quoi nous devons faire face dans la vie. Elles nous apportent la sérénité et le recul dont nous avons besoin. Mais leur efficacité dépend de la régularité avec laquelle on pratique.

 

C’est la clé ! LA RÉGULARITÉ !

Notre corps et notre esprit ont besoin de régularité pour aller bien.

 

J’ai découvert par l’expérience que ce n’est pas qu’une étape dans ma vie, c’est une façon de vivre. La relaxation, qui pour moi passe par la médiation, doit être envisagée comme un rituel quotidien, qui sera toujours présent dans ma vie.

Et cela, malgré le fait que cela me prend du temps dans mon emploi du temps. Je ne peux pas m’en passer, et je ne dois pas percevoir ces séances comme du temps « perdu », mais comme du temps « gagner ». Car si l’on se cache derrière la fameuse excuse du « j’ai pas le temps », on doit intégrer que si l’on ne prend pas ce temps, le précieux temps de sa journée en sera gâché, car vécu dans le stress. Sans oublier l’accumulation au fil du temps de la frustration de ne pas être bien.

 

En fait, arrêter la relaxation, c’est comme arrêter le sport en se disant, que j’en ai fait un peu de temps alors que c’est bon maintenant, je suis musclée, je peux arrêter. Le bénéfice ne restera pas présent longtemps. Là encore, tout est dans la régularité. On ressent les bienfaits du sport lorsque l’on pratique régulièrement.

 

Pour être bien et serein il faut se respecter et donc respecter les bases du bien-être au quotidien : alimentation + sommeil + relaxation + exercice physique.

Étiquettes : , , , , , , , , , , , ,

LIRE AUSSI

Article précédent Article suivant

Commentaires

  1. Excellent article, je confirme l’important est la régularité et la persévérance, pour la méditation j’utilise l’application Petit Bambou qui aide pas mal!
    Samuel Hounkpe Articles récents…Scripts SEO , le forum SEO qu’il te fautMy Profile

    1. Oui c’est une très bonne appli!

  2. Excellent article, merci beaucoup.
    demenagement pas cher Articles récents…DEVIS DE DEMENAGEMENT SUR PARISMy Profile

  3. J’aime beaucoup toutes ces informations, merci beaucoup.

  4. Je vous remercie pour ce site, c’est hyper intéressant.

    • kristof
    Répondre

    Superbe article !
    « Recherchez la liberté et vous deviendrez esclave de vos désirs. Recherchez la discipline et vous trouverez la liberté. » Koan zen

  5. Article très intéressant, il est vrai que la sérénité est un bien que nous devons préserver et qui nous est cher.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

3 shares
Je suis Edwige, auteure de ce blog

Je suis Edwige, auteure de ce blog

Venez partager sur ce blog consacré au bien-être. Vous trouverez toutes les infos dans "A propos".
Je suis Edwige, auteure de ce blog

Catégories