La boîte à outils relationnelle

Dans beaucoup de mes articles, je mets en avant l’importance d’être soi-même, de ne pas se laisser guider par des normes sociales. Mais pour pouvoir être vraiment libre en société, il faut connaître les règles du jeu et savoir s’en servir.

 

Nous vivons en société, et nous vivons en communauté. Si l’on veut vivre notre vie en étant intégré dans la société et en étant bien avec les autres, il y a des codes, des « règles » à connaître et à respecter.

Prenons la métaphore du bricolage ou de la construction : si vous souhaitez exprimer votre personnalité, avoir la liberté de bâtir, et de créer, il vous faudra choisir les bons outils, les bonnes techniques et savoir les utiliser. Cela ne va pas vous asservir que de maîtriser ces outils, mais au contraire vous permettre d’être à l’aise et en capacité de réaliser vos envies.

 

Et bien pour se réaliser en société c’est la même chose. Il y a des outils pour chaque situation sociale. Le tout étant de connaître ces outils, de savoir choisir les bons et de savoir les utiliser correctement.

Pour beaucoup de personnes, l’utilisation de ces outils est naturelle. Ils ont intégré ces techniques au cours de leur enfance en observant leur entourage. Une fois adulte ils disposent de ces outils et s’adaptent, sans même s’en rendre compte, aux différentes situations sociales. Ils appliquent les règles sociales sans se poser de question.

Certains, n’étant pas naturellement à l’aise avec ces outils, et ayant compris l’importance de leur utilisation, se forment pour les maîtriser.

 

Mais ce n’est pas parce que l’on possède ces capacités que l’on a aussi la capacité d’exprimer sa personnalité. Certaines personnes s’enferment dans les conventions sociales sans parvenir à être elles-mêmes. D’autres personnes sont aussi incapables d’être elles-mêmes justement parce qu’elles ne possèdent pas ces techniques sociales.

Il est encore une fois, question d’équilibre : disposer des outils et y intégrer sa personnalité. L’un ne va pas sans l’autre.

 

J’en viens à mon propos, que faire si l’on ne dispose pas de ces outils, quelle attitude adopter ?

La réponse est bien sûr de développer ces capacités. Se former, s’entrainer !

C’est en se formant, en expérimentant et en répétant que l’on peut parvenir à intégrer les règles sociales.

 

L’entrainement social fait partie des techniques des thérapies cognitives. Elles donnent des outils pour être à l’aise en société puis analysent leurs applications en situations réelles. C’est une progression qui demande du temps et de la pratique.

Le but n’étant pas de se forcer à faire des choses qu’on ne souhaite pas faire, mais de ne pas s’empêcher de faire ce que l’on aimerait faire.

 

Se lancer dans des situations sociales sans ces outils c’est un peu comme courir sans chaussures, ce n’est pas facile et pas vraiment agréable.

Il est nécessaire de se former ou de voir un spécialiste qui nous donnera les clés.

Mais une fois que vous aurez les chaussures, ce n’est pas pour cela que vous serez un grand coureur et que vous prendrez du plaisir à courir. Pour en arriver là, il faut de la pratique !

Et pour pratiquer il faut se lancer, et même si on n’a pas toujours envie. Il suffit de mettre ses baskets et d’y aller sans réfléchir. Avec cet entrainement vous deviendrez bon et vous prendrez du plaisir à pratiquer !

Pour l’entrainement social, c’est exactement la même chose.

Vous aimeriez être à l’aise en soirée, mais comme vous ne l’êtes pas, alors vous évitez ces situations. Apprenez des autres et lisez sur le sujet, puis passez à l’action. Le naturel et l’aisance viendront avec le temps.

 

Mais attention ne vous perdez pas en chemin. Appliquer les règles sociales n’est pas une fin en soi, c’est juste un moyen, une caisse à outils à disposition pour vous permettre de vous exprimer et de vous adapter pour être bien en toute situation.

Méfiez vous des livres trop agressifs sur le sujet ou trop orienté business (« convaincre en moins de 2 min », « l’Art d’avoir toujours raison »…). Dans ces ouvrages il y a prendre et à laisser. Ne vous transformez pas en commercial, capable de parler de tout et surtout de n’importe quoi avec n’importe qui. Ne vous servez pas de la phycologie sociale à des fins de manipulation.

 

Même si vous utilisez tel ou tel outils en fonction de la situation et de la personne, gardez toujours le contact avec vous-même. Restez ouvert et flexible pour vous ouvrir aux autres et au monde qui vous entoure. Gardez à l’esprit que vous évoluez continuellement au contact des autres, vous pouvez enrichir votre boîte à outils !

 

Il n’est jamais trop tard pour devenir la personne que vous avez profondément envie d’être et d’être cette personne en société.

Voici quelques trucs pour développer sa boîte à outils relationnelle:

 

  • Visualisez positivement les situations sociales et les relations avec les autres,
  • Soyez dans l’instant présent, ne pensez pas à autre chose,
  • Soyez flexible, rien ne se passe jamais comme prévu (c’est toujours mieux !),
  • Restez poli et respectueux en toutes circonstances,
  • Souriez (vous verrez, c’est contagieux !),
  • Adaptez votre ton de voix au sujet de conversation,
  • Faites des compliments sincères et acceptez-les quand ils vous sont destinés,
  • Regardez les gens dans les yeux (sans les fixer exagérément quand même),
  • Avec des personnes que vous ne connaissez pas ou peu :

–          posez des questions courtes et non intrusives (évitez les indiscrétions qui mettent mal à l’aise),

–          appuyez-vous sur votre environnement pour entamer la conversation (décoration de la salle, personnes présentent, sujets d’actualités, météo…)

  • Restez ouvert à l’actualité,
  • Posez des questions sur la personne (tout le monde adore parler de soi et donner son avis !),
  • Passez le micro régulièrement (ne monopolisez pas la parole, c’est un échange),
  • Employez le prénom des personnes dans la conversation pour créer des liens,
  • Ne mentez pas (le mensonge se voit), dite les choses telle qu’elles sont,
  • Évitez les sujets politiques et religieux (si le sujet est lancé restez ouvert, chacun pense et croit en ce qu’il veut !),
  • Évitez les sujets négatifs et les critiques,
  • Respectez l’espace de l’autre (gardez la distance d’un bras tendu avec votre interlocuteur),
  • Ne jugez pas les gens,
  • Sachez avoir de l’humour (même dans les situations les plus sérieuses),
  • Considérez chaque personne comme votre égale (ne vous dévalorisez pas ni ne soyez hautain),
  • Ne pensez pas à la place de l’autre (chacun pense ce qu’il veut en fonction de son ressenti personnel et de ses propres croyances, ne cherchez pas à savoir ou à imaginer ce que les gens pensent),
  • Si vous ressentez des signes, des émotions chez l’autre, ne dirigez pas l’interprétation contre vous,
  • Soyez impartial avec les autres comme avec vous-même,
  • N’essayez pas d’influencer, ni de manipuler,
  • Suivez votre intuition,
  • Ne cherchez pas à plaire ou à déplaire,
  • Sachez apprécier les blancs quand il y en a,
  • N’hésitez pas à demander des précisions et à faire répéter quand vous n’avez pas compris ou pas entendu,
  • Reformulez les phrases que l’on vous dit (pour être sur de bien avoir compris et pour entretenir la conversation),
  • Restez à l’écoute de votre corps (ne vous forcez pas à boire du café, a finir votre assiette ou a veiller jusqu’à pas d’heure parce que ça fait bien),
  • Ne comparez pas une situation présente avec une situation passée, chaque situation est différente,
  • Analysez vos relations sociales avec bienveillance pour vous féliciter des choses positives et améliorer ce qui peut l’être.

Cette liste n’est pas exhaustive et ne revêt pas d’ordre particulier. Si vous arrivez à intégrer quelques-uns de ces outils pour compléter vos acquis, vous constaterez que d’autres repères vous apparaitront. N’hésitez pas à les noter pour ne pas les perdre de vus et les mettre en pratique au quotidien.

 

Voici quelques livres pour prendre des pistes :
Le grand art de la petite conversation

Cultiver l’Intelligence Relationnelle

S’ affirmer et communiquer

Étiquettes : , , , , , , , ,

Related Posts

Previous Post Next Post

Comments

  1. Le fait d’être flexible comme vous le dîtes dans l’article permet d’éviter une grande source de stress et d’anxiété car nous ne pouvons tout contrôler, une fois que l’on en est conscient, on devient plus zen.

    • Valérie
    Répondre

    tout à fait d’accord

    • fille
    Répondre

    Regarder dans les yeux, utiliser le prénom de la personne ou son nom de famille, être franc, ne pas vouloir plaire à tout prix, être impartial et ne pas juger, d’excellents conseils que j’applique déjà, qui facilitent grandement le contact avec les gens et améliorent d’autant le relationnel qu’on peut avoir avec eux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0 shares
Je suis Edwige, auteure de ce blog

Je suis Edwige, auteure de ce blog

Venez partager sur ce blog consacré au bien-être. Vous trouverez toutes les infos dans "A propos".
Je suis Edwige, auteure de ce blog

Catégories

SOBIENETRE
Recevoir la Newsletter !
Soyez So bien au quotidien avec les articles du blog Sobienetre.fr
Je m'abonne
Ceci n'est pas un spam. Vous pouvez vous désabonner à tout instant.
close-link
%d blogueurs aiment cette page :